Samedi 18 juillet 2009

Albert-Faurel, ancien chef d’établissement honoré.

L’émouvante cérémonie du 14 juin 2009

Albert-Faurel (1896 – 1967), a été reconnu, à titre posthume le 10 mai 2009, « Juste parmi les Nations » par le Comité Français pour Yad Vashem, – « Et je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un mémorial (Yad) et un nom (Shem) qui ne seront pas effacés » – ce qui implique également l’inscription du nom d’Albert-Faurel sur le « Mur des Justes » à Jérusalem. Il a, avec courage , à ses risques et périls sauvé de nombreux élèves juifs pourchassés pendant l’occupation. Les Justes, dont les actions constituent des exemples exceptionnels de courage, de générosité et d’humanité sont des phares pour les prochaines générations, justifiant ainsi la devise extraite du talmud et figurant sur la Médaille des Justes : « Quiconque sauve une vie sauve l’Univers tout entier »

Un diplôme et une médaille ont été remis à sa famille lors d’une cérémonie officielle en présence du représentant de l’état d’Israël, du grand rabbin, le Dimanche 14 juin 2009, à 15 h 30, salle de la Mairie, en présence de nombreuses personnalités.

Pendant de très longues années, l’Amicale des Anciens Élèves de l’E.P.S.– École Primaire Supérieure – et Collège Moderne, puis Collège Mixte et Lycée s’est battue pour cette reconnaissance et a monté divers dossiers, a recueilli des témoignages de l’existence de faits avérés, pour que enfin, Albert-Faurel puisse être remercié de ces interventions pour la sauvegarde des juifs menacés (enfants, élèves et adultes). Suite a cette reconnaissance officielle l’amicale a décidé d’honorer Albert-Faurel lors de sa prochaine assemblée générale prévue pour le dimanche 27 septembre, par la pose d’une plaque commémorative afin que perdure son souvenir. Le conseil municipal devrait attribuer, à cette date, l’appellation de « Square Albert-Faurel » au passage d’accès à la Mairie et autres parties administratives ainsi qu’au parking arboré.

Ce square, à sa naissance, aura déjà un passé car il s’agit de la cour de récréation de l’E.P.S. et Collège Moderne, mais comprendra également une des façades, donnant sur le square, qui abritait les bureaux et l’appartement de fonction directorial.

info document info document info document info document info document info document info document Albert Faurel